Une publication complémentaire à cet article est disponible.

Details

Essentiel#10 : Relever les défis du vrac et du réemploi

L’impératif de réduire drastiquement le recours au plastique et à l’usage unique

En 2021, en France, les sujets du vrac et des emballages ré-employables gagnent du terrain comme jamais pour sortir du plastique à usage unique en 2040 : 

  • La loi AGEC, en place depuis 2020, a été renforcée par la loi Climat et Résilience en 2021. Les commerces de plus de 400 m2 devront consacrer 20 % de leur surface de vente de produits de grande consommation au vrac d'ici à 2030 (soit plus de 11 000 points de vente concernés, source Nielsen). Et 5% des emballages mis sur le marché en France devront être réemployés en 2023 (10% en 2027). Le projet de décret[1] relatif à la proportion minimale d’emballages réemployés à mettre sur le marché annuellementétait en consultation publique jusqu’au 19 octobre 2021.
  • Les enseignes et les marques françaises n’ont jamais autant fait de tests. Lesquels tiendront et passeront à l’échelle ?
  • Et pour autant, il faut aussi se méfier des fausses bonnes idées, à l’impact écologique négatif. Quelles sont les sources d’informations disponibles pour faire une Analyse de Cycle de Vie ? L’outil ACV est-il suffisant ? Dans quelles conditions le vrac et le réemploi ont-ils un impact environnemental et économique positif?
  • Le « Green Gap[2]» pose question : les citoyens veulent moins d’emballage mais achètent-ils vraiment en vrac ? Sont-ils prêts à ramener des contenants en magasin ? 
  • Que traduisent les données de vente ? Que ne sait-on pas encore suivre ? Quelles sont les typologies de consommateurs, leurs motivations et leurs freins ?
  • Enfin, comment accompagner tous les types de consommateurs dans cette transition ? Comment éviter les effets rebonds ou les transferts d’impacts vers le gaspillage, vers des contenants secondaires non recyclables ?

Comprendre et relever les défis du vrac et du réemploi

L’Institut du Commerce a démarré ses travaux sur l‘économie circulaire dès 2018 pour contribuer à la prise de conscience des acteurs du commerce de leur responsabilité à être à la hauteur des enjeux, faciliter la montée en maturité du marché et comprendre certaines clés pour y parvenir. En 2021, le comité RSE a souhaité recenser toutes les bonnes pratiques et scénarios étudiés par les adhérents :

  • Donner une vision claire et à jour des enjeux réglementaires, les enjeux écologiques étant largement disponibles et connus.
  • Définir le parcours d’achat au service de l’économie circulaire et les bonnes pratiques pour le mettre en œuvre sur toutes ses étapes, en magasin physique, online et en hors domicile.
  • Bien lier les sujets du vrac et du réemploi qui sont deux alternatives permettant ensemble de limiter la production de déchets d’emballages et de préserver les ressources de la planète sous certaines conditions à respecter.
  • Résoudre les irritants de tous les consommateurs, engagés dans la transition ou non.
  • Lever les freins stratégiques et opérationnels pour les enseignes et les marques.

Publications

Une publication complémentaire à cet article est disponible.